mercredi 19 octobre 2016

MACKY SALL VA VISITER DES CHAMPS ET DES PISTES DE PRODUCTION

le President de la République, Macky Sall va, au cours de sa tournée économique à vocation agricole prévue dans les régions de Kaolack et Kaffrine les 17 et 18 octobre 2016, visiter, mercredi, les sites de production de la Fédération des producteurs de maïs du Saloum (FEBROMAS) situés dans la commune de Taïba Niassène, selon un communiqué de presse de la Présidence. Après Taïba Niassène, le chef de l’Etat visitera les périmètres de production de Fanding Ndiaye, sis dans la localité de Tanda Mboudaye, dans la commune de Keur Baka et les parcelles de riz pluvial de l’association Pencum Ndiognick appuyée dans le cadre de ses activités par le PAFA.Dans le département de Kaolack, poursuit le communiqué, le chef de l’Etat s’arrêtera sur l’exploitation agricole de 120 hectares d’arachide, de 30 ha de maïs et de 60 ha de mil du marabout de Serigne Moussa Mbacké Nawel.Au deuxième jour de sa tournée économique, le président est attendu, dans la région de Kaffrine plus précisément à Diakhao Saloum où il va visiter une parcelle d’arachide de 30 hectares et l’équipement motorisé du groupement de Ndoumbé Dia regroupant 21 producteurs dont 10 femmes. Ce groupement bénéficie du soutien de l’Etat, signale le texte. M. Sall va poursuivre sa tournée dans le Ndoucoumane par la visite d’un champ de riz du groupement des producteurs de Toune Mosquée, une localité située dans la commune de Kahi, avant de se rendre à Missirah Wadéne où il va visiter la retenue d’eau pour riziculture réalisée par le PASA à Mbaye-Mbaye. "Au niveau de la région de Kaffrine le président va terminer ses visites par le département de Koungheul où Macky Sall va s’enquérir du niveau d’exécution la piste Koungheul-Maka Ngouye réalisée par le PUDC", renseigne le communique de presse.Après son séjour de deux jours à Kaolack et Kaffrine, le chef de l’Etat se rendra à Tambacounda où il terminera le 20 octobre sa tournée économique à vocation agricole.

lundi 17 octobre 2016

Journée mondiale de l’alimentation : La 36ème édition célébrée à Bambilor

Après Matam l’année dernière, l’édition 2016 de la journée mondiale de l’alimentation, qui porte sur le thème « Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi », sera célébrée le 17 octobre prochain dans la commune de Bambilor. Cet événement, co-organisé par le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural et l’Organisation des nations unie pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), en partenariat avec le ministère de l’Environnement et du Développement durable et le Programme alimentaire mondial (Pam), sera présidé par le ministre Papa Abdoulaye Seck.

A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal célébrera, le 17 octobre prochain, à Bambilor, la 36ème édition de la Journée mondiale de l’Alimentation sur le thème : « Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi ». Cette présente édition se tient avant la prochaine conférence des nations unies sur les changements climatiques (Cop 22), prévue du 7 au 18 novembre 2016, à Marrakech au Maroc. Elle sera co-organisée par le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural et l’Organisation des nations unie pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (Pam).

Cet événement sera présidé par le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck et son homologue de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé, en présence du représentant de la Fao au Sénégal et du Pam, entre autres partenaires, a indiqué le président du Comite national d’organisation Ousmane Sané. L’évènement sera précédé le 14 octobre, à Bambilor, d’une sensibilisation sur la nutrition et l’hygiène alimentaire et d’une conférence scientifique sur un certains nombre de thèmes, liés au défis agricole et alimentaire face aux changements climatiques, le 15 octobre, à Rufisque.

Ousmane Sène estime que le Sénégal a fait beaucoup d’efforts dans la production agricole grâce à des programmes d’adaptation, de dopage et de sécurisation, initiés depuis 2014 et qui ont permis de booster la croissance économique du pays l’année dernière. Selon l’assistant au représentant de la Fao, chargé de Programmes, Cheikh Guèye, en choisissant le thème : «Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi », la communauté internationale entend souligner le fait que l’alimentation et l’agriculture doivent s’adapter au changement climatique, si l’on veut nourrir, de manière durable, la population mondiale qui ne cesse de croître.

D’après lui, le Sénégal a mis l’accent sur la maîtrise de l’eau, les aménagements hydro-agricoles dans les vallées et les bas fonds. Il a indiqué que ces aménagements hydro-agricoles, les digues anti-sel dans la région de Fatick, par exemple, contribuent à l’augmentation de la production agricole.

Le représentant résident du Pam au Sénégal, Guy Mesmin Adoua Oyila a mis l’accent sur l’importance des mesures d’accompagnement pour accroître la production au Sénégal. « Il faut, dit-il, produire en quantité, mais aussi il faut créer des banques de stockage et des stocks de sécurité pour assurer la sécurité alimentaire ».

Mamadou SY
le Soleil

vendredi 30 septembre 2016

Bientôt une Chambre d’agriculture pour le développement rural

Pour mieux porter le développement rural, l’État travaille à la création d’une Chambres d’agriculture du Sénégal (CAS). C’est ce qu’à annoncé le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck, le weekend dernier à Saly Portudal, en marge d’un atelier de synthèse des contributions régionales et de proposition d’axes d’orientation des projets de textes législatifs et réglementaires.

Cette future chambre d’agriculture s’inscrit dans le cadre de la volonté des autorités du Sénégal de construire une nouvelle agriculture, conformément à la vision stratégique du Plan Sénégal Emergent (PSE).
Selon le ministre de l’agriculture, « on ne peut pas construire une nouvelle agriculture sans l’émergence de nouveaux acteurs qui doivent être mieux formés, mieux informés et mieux organisés, à qui on offre un cadre permettant une mutualisation des moyens, des efforts et des intelligences, en vue de d’optimiser les performances du secteur agricole sénégalais ».
L’union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (UNCCIAS) approuve cette volonté de l’État de créer cette CAS mais appelle les autorités à associer tous les acteurs agricoles. « Qu’aujourd’hui que nous savons que le gouvernement veut créer cette chambre dans le but de renforcer le secteur agricole, tout le monde est maintenant d’accord. Mais, il faut y associer les vrais acteurs agricoles », a dit Serigne Mboup, Président de l’UNCCIAS.